J'ai terminé, le 25 juin, le cycle de conférences juridiques organisé par la Ligue française de santé mentale (il reprend en septembre), et, le lendemain, je suis intervenu pour le CNFPT Aquitaine sur le sujet de "la laïcité dans les structures enfance et jeunesse" de la ville de Libourne (en intra) : un article sur le même sujet va être très vite publié dans AVS, Acteurs de la vie scolaire.

Reprenons depuis le début : en janvier, j'ai travaillé avec les étudiants (éducs spés, AS, EJE) de l'IFRASS et de l'ERASS (Toulouse), puis je suis intervenu, à l'hôpital psychiatrique de Mantes-la-Jolie, sur les soins psychiatriques sans consentement pour Gerfi+, et je suis allé, sous le soleil du bocage normand, parler "dossier de l'usager, secret professionnel et respect de la vie privée", pour le pôle enfance & jeunesse des IME de Lisieux et de Falaise.

Je suis ensuite pêle-mêle intervenu, à Paris, pour la fondation CASIP COJASOR, sur "faire face au refus de soins", à Melun, pour l'Association des directeurs d'établissements et services de Seine-et-Marne (ADIRES77), sur "la responsabilité civile, pénale disciplinaire des directeurs d’établissements dans le secteur social et médicosocial", à Moissy-Cramayel, pour le réseau RDH 77 sur "la dénonciation des infractions et les violences conjugales", et sur "le dossier de l’usager et le traitement des données informatisées", à Port Sainte Foy (33), pour l’Association départementale des MECS en Dordogne (ADMECS), via Réalités & Projets.

J'ai aussi causé autorité parentale à l'Université du temps libre d'Évry, en Essonne (vous voulez programmer une telle conférence ? ecrire@profdedroit.net), j'ai abordé "la responsabilité des directeurs de structure petite enfance" pour le CNFPT de Haute-Normandie (Rouen), et pour le CNFPT d'Aquitaine (à Bordeaux en format conférence, et en intra dans la Communauté de communes de Montesquieu, patrie de Montesquieu, excusez du peu), puis je suis retourné (deux jours) à Rouen, animer un stage sur "le secret professionnel, l'obligation de discrétion et l'obligation de signaler (les personnes vulnérables en danger)", avant de rejoindre Amiens, grâce à Inforsanté, où, dans un hôpital psychiatrique (j'ai toujours peur qu'ils ne me laissent pas sortir), j'ai abordé les aspects juridiques de la "pertinence de l'analyse clinique face à la prise en charge quotidienne du soignant en psychiatrie".

Mon dernier Dunod est sorti et je l'ai présenté le 23 juin aux enseignants, formateurs, élèves et partenaires de l'IFRASS (Toulouse), et le 18 juin aux enseignants, formateurs, élèves et partenaires de l'IRTS de Montrouge : d'autres conférences-présentations sont prévues, ailleurs en France, dans des IDS et des IRTS (vous voulez que je vienne chez vous avant Noël ? ecrire@profdedroit.net).
Tant que j'étais à Montrouge, je suis intervenu sur la responsabilité, le matin avec les moniteurs-éducateurs en formation, l'après-midi, lors du séminaire "la question de la violence dans la pratique de l'éducateur spécialisé".

Je retrouve mes codes le 3 septembre à la Ligue française de la santé mentale, mais je ne vous abandonne pas : je serai cet été sur France Culture (dix minutes), puis ce sera Nîmes, Montbéliard, Évreux, Paris, Rouen, l'Auvergne, probablement Metz, Lyon, et peut-être Biot, au-dessus de Cannes, pour 3 oranges communication
Je crois que je n'ai rien oublié, je vous souhaite un excellent été !