Après des vacances gourmandes et ensoleillées, l'année a démarré à fond la caisse, et je passe des journées entières en TGV, ou dans l'avion ! Les conférences ont repris à la Ligue française pour la santé mentale (en septembre) et à l'IFRASS de Toulouse (en octobre). La mise à jour de mon Dunod est parue, je tente d'en assurer la promotion, je publie un livre qui traite d'un sujet nettement moins juridique, dont je dois également assurer la promotion (pas mal de mes weekends sont pris par des salons, des signatures, c'est bien agréable, mais ça fait des kilomètres en plus). Mon article sur les actes usuels de l'autorité parentale a été publié en septembre dans la Gazette Santé Social, puis une tribune sur la responsabilité des responsables (sic) en novembre, ainsi qu'un article détaillé sur la Convention internationale des droits de l'enfant (CIDE) et sa traduction en droit français. En octobre est également paru ma nouvelle contribution à EMPAN, sur les légendes et confusions juridiques dans le secteur social et médicosocial (les articles parus dans EMPAN sont tous disponibles en ligne).

J'ai commencé l'année avec les étudiants ES de l'IFRASS de Toulouse avant de retrouver, en groupe d'analyse de pratiques, les mandataires judiciaires de l'UDAF de Tours (je passe le flambeau à un autre intervenant pour 2017), et d'aborder la protection de l'enfance à l'hôpital psychiatrique Charcot de Plaisir (Yvelines), pour Inforsanté (cinq ou six modules de deux jours sont programmés en 2016-2017).
Le CNFPT de Haute-Normandie (Rouen) m'a ensuite gardé toute une semaine pour encadrer deux modules, un sur la responsabilités des directeurs et directrices de structures de la petite enfance, l'autre sur le secret professionnel et le respect de la vie privée, avant de me renvoyer en décembre au Havre, traiter de la même question. Le CNFPT des Pays de Loire m'a permis de passer fin décembre une semaine à Nantes, pour des actions en intra au Conseil départemental de Loire Atlantique (où j'étais déjà venu en octobre pour le Géant Comundi traiter de la responsabilité du service de l'ASE et de ses agents) : nous avons avec des petits groupes bien sympas décortiqué les mesures de protection des personnes vulnérables (et nous avons repéré deux restos bien sympas : Le Louis Blanc et Chez Lizette).

Je suis intervenu sur le secret partagé lors du Congrès annuel (à Toulouse) du Carrefour national des délégués aux prestations familiales (CNDPF), puis (pour Gerfi +) au Centre départemental de l'enfance des Landes (Mont-de-Marsan), histoire de faire le point sur les récentes réformes, et au Conseil départemental du Gers (Auch), pour J2C Consultants (Pau), afin d'aborder la responsabilité des accueillants familiaux, j'ai été travailler, toujours pour Inforsanté, avec les équipes soignantes, sociales et administratives du Centre hospitalier Camille Claudel de La Couronne, près d'Angoulême, sur le "secret partagé" à l'hôpital et, à la MDPH de Bourg-en-Bresse (Ain), j'ai abordé le refus de soins devant le personnel, puis devant les membres de la CDAPH.
En octobre-novembre, pêle-mêle, il y a eu Metz (le droit en action sociale à l'IRTS de Lorraine), Caen (l'autorité parentale dans une maison d'enfants à caractère social) et Le Mans (la responsabilité des travailleurs sociaux pour La Sauvegarde), Reims et Châlons-en-Champagne (les écrits professionnels pour Inforsanté) et Beauvais (la responsabilité des éducateurs de prévention de l'IFEP) avant Clermont-Ferrand : l'autorité parentale pour l'ANEF du Puy-de-Dôme (une journée) et le secret professionnel (une heure au cours de la journée sur le secret organisée par le CRIAVS d'Auvergne).

Mes amis d'Inforsanté m'ont envoyé à Amiens pour évoquer le respect de la vie privée dans le cadre d'un stage sur les nouvelles technologies, j'ai donné à Tours, pour la CAF de Touraine, une conférence sur le droit de la famille et l'autorité parentale (qui a rassemblé 200 personnes), et je suis intervenu au Mans avec l'association Montjoie sur la circulation de l’information et les responsabilités du travailleur social. J'ai failli oublier, en novembre, ma conférence d'automne sur l'autorité parentale et la protection de l'enfance, organisée à Paris par la Ligue française pour la santé mentale : elle a rassemblé 350 participants (l'année prochaine, en novembre, nous traiterons probablement du dossier de l'usager). Voilà. Ouf. Repos, et beaucoup de boulot pour Vuibert, qui se désespère de mes inqualifiables retards ! joyeux Noël et excellente année 2017 !
Et si ça vous dit, en 2017, je vais enseigner le droit sous le soleil de la Méditerranée : vous êtes les bienvenus, les inscriptions sont ouvertes !