Conférence d'automne (sur la journée entière)
de Pierre-Brice Lebrun et Caroline Morel
à l'occasion de la sortie de leur Grand dictionnaire de la petite enfance
(à paraître en septembre 2018, Dunod éditions)

le jeudi 15 novembre 2018
à l'Espace Reuilly (Paris 12e)

La parentalité aujourd'hui, parentalité et autorité parentale
(regards croisés d'une psychologue et d'un prof de droit)

Télécharger la présentation et le bulletin d'inscription

L’autorité parentale est le lien juridique qui relie les parents à leur enfant (et réciproquement). La parentalité est un concept qui relève des sciences humaines, elle aborde la fonction de parent dans ses aspects juridiques, politiques, mais aussi socio-économiques, culturels et institutionnels. En France, le mineur est de fait placé sous une mesure de protection appelée minorité, généralement exercée par les parents, titulaires de l’autorité parentale et de son exercice : ces deux concepts dissociables sont complémentaires (on peut avoir l’autorité sans pouvoir l’exercer, ou l’exercer sans en être titulaire). La minorité permet au(x) parent(s) d’élever, d’éduquer et de protéger leur enfant : c’est une mesure liberticide qui prend fin à la majorité ou, plus rarement, à l’émancipation, décision judiciaire comparable à une mainlevée.
L’autorité parentale confère au(x) parent(s) des droits (et probablement des devoirs). Elle est encadrée par quelques obligations (quand une obligation n’est pas respectée, elle est passible de sanctions pénales), et quelques interdictions. Elle attribue au(x) parent(s) une grande liberté éducative : il leur faut néanmoins définir des règles, imposer à l’enfant des limites, des interdits et parfois des sanctions. Les parents doivent également, en permanence, réagir à de nombreuses situations (les pleurs, les écrans, etc.), et certains se retrouvent démunis : c’est alors au professionnel de les accompagner. La limite de leur liberté éducative est la mise en danger de l’enfant, notion éminemment subjective : les pouvoirs publics ont alors vocation à intervenir, par la mise en place d’une mesure d’assistance éducative administrative ou judiciaire, qui – comme son nom l’indique – doit assister les parents dans leur rôle éducatif.
Cette conférence interactive sur la parentalité et l’autorité parentale permettra de croiser les regards d’une psychologue, Caroline Morel, et d’un juriste, Pierre-Brice Lebrun, respectivement directrice et coordinateur du Grand dictionnaire de la petite enfance (septembre 2018, Dunod).
Elle rappellera que « la garde » de l’enfant a disparu depuis 25 ans, que les parents se retrouvent à égalité, même en cas de divorce ou de séparation (leurs deux signatures ne sont donc jamais obligatoires), que les décisions du juge des enfants ne s’imposent pas au juge aux affaires familiales (c’est le contraire) et que le mineur a, lui aussi, des droits fondamentaux, qu’il peut les exercer seul, sans autorisation, à chaque fois que son intérêt le commande (droit aux soins, à la sexualité, droit de s’exprimer en justice, droit au respect de sa vie privée, etc.). Elle réfléchira à la place du parent et aux nouvelles formes de parentalité, au rôle et au positionnement du professionnel face aux importantes mutations de la cellule familiale, qui a beaucoup évolué depuis les années soixante-dix.

LIGUE FRANÇAISE POUR LA SANTÉ MENTALE
11 rue Tronchet - 75008 Paris
01 42 66 20 70 - lfsm@orange.fr